" Atelier de réflexion sur la gouvernance inclusive de la nappe de Berrechid le 4 Mai 2016 au siège de l’Ecole Supérieure de Technologie de Berrechid."

ATEL REF

 

Dans le cadre de l’évaluation des résultats du diagnostic réalisé par les experts de la FAO sur la gouvernance des ressources en eau souterraine, et pour développer de façon participative des recommandations concrètes pour une gouvernance durable et équitable de la nappe de Berrechid, l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia a organisé en concertation avec la province de Berrechid et la FAO un atelier de concertation le 04 Mai 2016 au siège de l’Ecole Supérieure de Technologie de Berrechid.

 

Cette journée s’est déroulée sous la présidence de Mr le Gouverneur de la province de Berrechid, avec la participation du représentant de la FAO au Maroc, de l’Agence du Bassin Hydraulique, des experts de la FAO, des représentants du ministère délégué chargé de l’eau, des représentants du Ministère de l’Agriculture et la Pêche Maritime, des acteurs locaux et des associations des usagers de l’eau au niveau de la nappe de Berrechid ...etc.

 

L’objectif de cet atelier est la présentation des résultats du diagnostic de la gouvernance de la nappe de Berrechid et l’identification des pistes de solutions et des actions concrètes en concertation avec l’ensemble de parties prenantes.

 

Il est à signaler que, les deux scénarios de gestion de la nappe de Berrechid élaboré par l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia à l’horizon 2035 indiquent des baisses généralisées et continuent sur toute la plaine avec une baisse moyenne de la nappe de 8 m et 15 m respectivement pour les scénarios de maintien et tendanciel. Ce qui signifie que le niveau actuel des prélèvements, reste supérieur au débit exploitable de la nappe.

 

La conservation de la ressource rend impératif de réduire les prélèvements et de chercher à répartir de façon optimale l’exploitation de la ressource sur l’étendue de la nappe. L’enjeu majeur réside donc dans la maitrise des prélèvements pour une utilisation durable des ressources en eau, ce qui nécessite alors la mise en place d’un plan d’action concerté et validé par l’ensemble des intervenants et dont la mise en œuvre doit être effectuée dans un cadre contractuel de façon à ne pas dépasser les niveaux de prélèvements actuels.

 

Il est à noter que l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia a déjà réalisé un projet pilote de contrat de nappe sur les deux communes Jaqma et Oulad Zidane dans laquelle elle a présenté un plan d’action qui est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  • Le développement de l’offre des ressources en eau à travers la mobilisation des eaux de surface ;
  • La gestion de la demande à travers l’amélioration de la gestion quantitative et qualitative des ressources en eau dans un objectif d’économie d’eau et d’atténuation des facteurs de pollution;
  • L’amélioration de la connaissance de la nappe et du suivi de la ressource en eau ;
  • Le développement de la formation et de la communication entre les intervenants.

 

Cette journée de concertation a été donc une nouvelle occasion d’une part pour informer et sensibiliser l’ensemble des parties prenantes sur la nécessité d’agir en commun dans un cadre contractuel afin d’utiliser de façon durable les ressources en eau souterraines et d’autre part pour bénéficier des expériences de la FAO dans les approches de gouvernance des ressources en eau souterraines déjà entrepris dans d’autres pays.